Spiritualité, Nouvel-Age - Associations, Groupes
George Adamski

Il y a plus de 50 ans, le grand contacté George Adamski était déjà au courant de bien des péripéties que notre humanité va devoir traverser avant l’avènement de son nouvel Âge d’Or.

« Le premier homme de l’espace » : tel est le surnom qui fut attribué de son vivant au contacté américain George Adamski. Alors que la plupart des journalistes s’évertuaient à le présenter comme un habile mystificateur, son premier livre « Les soucoupes volantes ont atterri », co-écrit en 1953 avec Desmond Leslie, connut dès sa parution un succès extraordinaire. En quelques années, il fut traduit dans la plupart des langues de notre planète et vendu à des millions d’exemplaires.

Figure emblématique de l’ufologie de l’après-guerre, George Adamski reste aujourd’hui considéré par de nombreux commentateurs comme une sorte de messager cosmique des temps modernes. Né en Pologne le 17 avril 1891, il connut une enfance et une jeunesse pour le moins mouvementées. Ses parents émigrèrent avec lui aux États-Unis alors qu’il n’était âgé que d’un an et demi. Quelques années plus tard, sa mère, qui était médium, reçut intérieurement un étrange message de la part son Guide : il lui était demandé d’amener l’enfant jusqu’à un monastère du Tibet pour qu’il y suive un enseignement. Adamski séjourna plus d’une dizaine d’années dans ce monastère, avant de revenir aux États-Unis et d’y accomplir ses obligations militaires.

Ce long séjour au Tibet fut pour le jeune George l’occasion de découvrir la spiritualité de l’Orient et la pratique de la méditation, tout en se préparant, sous la conduite d’un Initié, à sa future mission de témoin de l’existence des civilisations extraterrestres. Devenu professeur de métaphysique et de philosophie, il fonda en Californie en 1936 « l’Ordre Royal du Tibet », qui était destiné à promouvoir la spiritualité orientale en Occident et à organiser une vaste réflexion sur le thème de la structure spirituelle de l’univers à la lumière de l’enseignement des Maîtres de sagesse tibétains.

En 1944, il partit s’installer sur les pentes du Mont Palomar en Californie, lieu selon lui propice à l’étude de l’astronomie et à l’observation des étoiles et des planètes. En 1946, après avoir aperçu dans le ciel une flottille de soucoupes volantes à travers son puissant réflecteur, il décida de se consacrer entièrement à l'étude du phénomène des ovnis. Et c'est le jeudi 20 novembre 1952, à midi et demi, qu’il rencontra pour la première fois, non de loin de Palomar Gardens, un homme venant d'un autre monde, un Vénusien.


George Adamski (ci-contre), était un être loyal et passionné. Il passa de nombreuses nuits blanches au Mont Palomar durant des mois et des années, à la recherche d'ovnis. Il dormait le jour, et la nuit il scrutait inlassablement le ciel avec son télescope. Au début des années cinquante, il commença à voir des lumières mystérieuses qui, au fil des mois, semblaient grossir et se rapprocher de plus en plus, jusqu'à ce qu’il réussisse à prendre des photos qui étaient de si bonne qualité qu'elles inquiétèrent le Pentagone. Il s’agissait en effet, pour la première fois, de prises de vues diurnes nettes et bien définies de vaisseaux en forme de soucoupe, avec des dômes, des hublots, des systèmes d'atterrissage, et toutes admirablement cadrées ! (Cf. photos ci-dessous) On découvrait également pour la première fois un vaisseau-mère en forme de cigare en train de larguer des vaisseaux éclaireurs (soucoupes)... Ces photos étaient bien trop précises pour que l’on puisse continuer à parler de ballons météorologiques, de météores, d’avions, d’oiseaux, de nuages lenticulaires ou autres concentrations gazeuses, comme recommandait systématiquement de le faire le Bluebook Project, l'investigation publique des ovnis de l'US Air Force, qui était en réalité une agence de désinformation publique, de l’aveu même de son ancien directeur scientifique, le Docteur J. Allen Hyneck.




Ci-dessus à gauche : Vaisseau-mère de type cigare photographié par George Adamski le 5 mars 1951 à Palomar Gardens (Californie) à l’aide du de son télescope 6 ”, alors qu’il vient de larguer 5 soucoupes-navettes dans l’espace.
Ci-dessus à droite : Navette à bord de laquelle George Adamski embarqua le 20 novembre 1952 pour une « mini-croisière » à travers notre système solaire.

Rencontre avec Orthon

Lors de ce premier contact, Orthon - c’est le nom qu’a toujours utilisé George Adamski pour désigner cet être avec lequel il noua par la suite une merveilleuse relation, tout en précisant qu’il ne s’agissait pas de son véritable nom, mais du nom qui lui correspondait « énergétiquement » en terme de langage terrestre - Orthon, donc, lui expliqua que la soucoupe volante de forme circulaire et de couleur argentée à bord de laquelle il venait d’atterrir dans le désert californien était une sorte de vedette de reconnaissance, habituellement basée à l’intérieur d’un gigantesque vaisseau en forme de cigare !

Orthon avait l’apparence d’un être humain. Mais la beauté de cet homme dépassait tout ce que George Adamski avait connu et même imaginé jusqu’alors. Il le décrivit par la suite comme un personnage majestueux au front très développé et à la longue chevelure blonde évoquant une cascade de paillettes en or. Lors de ce premier contact, il le perçut comme un être masculin, mais il déclara plus tard qu’il aurait pu tout aussi bien le prendre pour une très belle femme, s’il avait été vêtu différemment, tant son côté androgyne était prononcé.

Il déclara aussi qu’Orthon vivait dans un autre plan de conscience que le nôtre, un plan que l’on peut qualifier de spirituel ou d’octave fréquentielle de cinquième dimension et que l’on qualifierait aujourd’hui de cinquième réalité quantique, mais qu’il avait la possibilité de se matérialiser dans notre fréquence physique spatio-temporelle de troisième dimension.

Voici comment Adamski a évoqué le début de cette première rencontre avec Orthon : « Alors, pour la première fois, j'ai vraiment réalisé que j'étais en présence d'un homme de l'espace - un humain d'un autre monde ! La beauté de son apparence dépassait tout ce que j'avais pu voir. Et l'aspect extraordinaire de son visage me libéra de toute pensée personnelle. Je me sentais comme un petit enfant en présence d’un être doté d'une grande intelligence et de beaucoup d'amour, et je devins très humble par rapport à moi-même... De lui émanait le sentiment d'une compréhension et d'une gentillesse infinies, avec une humilité absolue.

Il me fit comprendre télépathiquement que lui et les autres occupants de la soucoupe étaient venus en paix et pour une mission de paix. Il déclara qu'ils étaient préoccupés des radiations partant de la Terre. Je lui demandai si cette préoccupation était due à la radioactivité provenant de nos expérimentations nucléaires ? J’eus l’impression qu’il avait compris ma pensée avant même que je ne finisse de l’exprimer, et il hocha la tête de manière affirmative. »




La rencontre historique de George Adamski avec Orthon fut une source d’inspiration pour de nombreux peintres et créateurs de bandes dessinées


Après son extraordinaire rencontre avec Orthon et le survol éthérique de plusieurs planètes de notre système solaire, George Adamski commença à donner des conférences et à rendre visite à de hautes personnalités dans le monde entier pour leur transmettre le message de paix des Frères et Sœurs de l’espace. Parmi ces personnalités ont figuré le pape Jean XXIII, la reine Juliana des Pays-Bas et surtout le président américain John F. Kennedy.

Beaucoup de personnes se sont étonnées qu’à sa mort en 1965, George Adamski ait été enterré à Arlington, cimetière théoriquement réservé aux héros américains, et qui plus est non loin de la tombe de John F. Kennedy, assassiné trois années auparavant. L’une des dernières révélations de l’agent de renseignements Milton W. Cooper, peu de temps avant sa propre élimination en 2001 (Cf. notre page : Les révélations de Milton W. Cooper), est qu’Adamski partageait avec le président Kennedy un extraordinaire secret. Ils étaient, selon lui, tous deux très préoccupés par les activités secrètes des ET Gris aux États-Unis et sur notre planète (Cf. notre page : La mission d’Ashtar). Kennedy vouait secrètement un véritable culte à George Adamski ; il le considérait comme un héros national et c’est lui qui avait demandé qu’à sa mort, sa dépouille figure parmi celles des plus grandes figures de l’histoire américaine, dans la glorieuse nécropole d’Arlington. Milton Cooper a d’ailleurs également rapporté que lorsque Kennedy révéla à certains membres de son gouvernement qu'il était au courant des activités préjudiciables de certains extraterrestres « non-humains » sur le sol américain, qu’il estimait de son devoir d’en parler au Congrès et à la nation et qu’il allait le faire au cours d’un grand message télévisé, on l'en empêcha en l'assassinant à Dallas (Cf. La mission d’Ashtar).

Mais revenons à George Adamski et à sa rencontre avec Orthon : emmené par ce dernier à plusieurs reprises à bord d’un vaisseau de l’espace construit sur Mars et dirigé par des Maîtres vénusiens, il eut un jour avec lui une bouleversante conversation à propos de l’avènement de l’Âge d’Or de notre humanité et en révéla le contenu à son amie Charlotte Blodget. Voici un extrait de cette extraordinaire et ô combien prémonitoire conversation à bord du vaisseau vénusien :

Dialogue avec Othon

Orthon : « Il pourrait vous intéresser d’apprendre qu’un basculement de votre Terre sur son axe se prépare actuellement (Cf. notre page : Le débalancement des pôles). S’il était total, afin de compléter le cycle, une grande partie des terres qui à présent sont submergées émergeraient. Durant une longue période, l’eau saturant le sol s’évaporerait et provoquerait une formation constante de nuages autour de votre Terre. En cas de basculement complet, les conditions seraient à nouveau réunies pour un allongement de la durée de votre espérance de vie; si les habitants de votre planète apprenaient à vivre en accord avec les Lois du Créateur, vous pourriez facilement vivre plus de 1000 ans dans le même corps.

Ce basculement de l’axe de votre Terre est l’une des raisons pour laquelle nous la surveillons, car sa relation avec les autres planètes de la galaxie est très étroite. Son renversement complet affecterait toutes les autres planètes et altèrerait les voies par lesquelles nous voyageons dans l’espace.

- George Adamski : « Un renversement brutal n’entraînerait-il pas une catastrophe planétaire ? »

- Orthon : « C’est probablement ce qui arriverait, bien que vous n’ayez pas encore compris les lois qui gouvernent les rapports de votre humanité avec cette planète que vous habitez. Je veux dire que les voies erratiques que les humains ont choisi de suivre sont la véritable raison de leur ignorance de l’instabilité de leur planète. À travers les âges, il y a eu bien des signes et des présages dont vous avez refusé de tenir compte. La plupart ont été signalés dans vos Écritures saintes sous forme de prophéties. Mais vos peuples n’y ont pas prêté attention. Bien que quelques unes aient déjà été accomplies, la leçon n’a pas été profitable. Il n’est pas sage de vouloir devenir indépendant du Créateur de l’Univers. L’humanité aurait dû comprendre qu’elle avait tout à gagner en se laissant guider par la main de Celui qui lui a donné la Vie.

Si l’homme veut vivre sans catastrophe, il doit considérer son prochain comme lui-même, l’un étant le reflet de l’autre. Le désir du Créateur n’est pas de voir l’humanité se détruire elle-même. »

- George Adamski : « Je crois savoir que nous sommes sur le point d’entrer dans un nouveau cycle. Certains de mes frères terriens l’appellent « Âge d’Or », d’autres « Verseau ». Pouvez-vous m’éclairer à ce sujet ? »

- Orthon : « Sur notre planète, nous n’appelons pas les changements de cette façon, car nous ne connaissons que le progrès. Mais pour répondre à votre question, pour votre compréhension, nous dirons que vous approchez de l’Âge Cosmique, pour peu que vous puissiez comprendre cela. Vous êtes déjà dans votre « âge d’or », puisque la plupart d’entre vous adorent l’or plus que Dieu. Et vous êtes déjà dans votre « âge du verseau » (Verseur d’Eau), puisque la Terre a déjà commencé à vous affliger par excès ou par manque d’eau. L’appellation de vos périodes de changements contribue en elle-même à bloquer votre compréhension. Les Terriens doivent apprendre à vivre et à progresser au rythme de ces changements naturels au lieu de se préoccuper des noms qu’il convient de leur donner. »

- George Adamski : « Comment définiriez-vous l’Âge Cosmique ? »

- Orthon : « En fait, nous le considérons comme un âge de « compréhension cosmique ». C’est la première fois que vous êtes, dans le sens large du mot, devenus conscients de la probabilité de mondes habités autres que le vôtre. En apparaissant dans nos vaisseaux de l’espace, comme nous l’avons fait à maintes reprises, nous avons obtenu que, même ceux qui ne voulaient pas croire à notre existence, n’ont à présent plus guère le choix. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il y a une évidence écrasante que la vie n’est pas née par accident sur votre planète, comme quelques-uns de vos plus grands astronomes l’ont affirmé. L’humanité se manifeste dans votre monde parce que cette planète n’est qu’un petit élément d’une vaste et infinie Création ordonnée par l’Unique et que la Terre est assujettie, comme toutes les autres planètes, aux Lois Divines.

Nos vaisseaux se livrent dans vos cieux à des performances qu’aucun avion terrestre ne pourrait accomplir. Partout dans le monde, les pilotes de vos avions nous ont vus et se sont émerveillés. Des milliers de personnes nous ont contemplés et ont été étonnées. Des milliers d’autres observent les cieux en espérant nous apercevoir.

Tout cela a été prédit par des hommes autrefois. Ils ont écrit dans les prophéties que le monde entier serait troublé et que les signes seraient que les Fils de Dieu viendraient du Ciel sur la Terre pour délivrer les peuples. Les conditions de votre monde aujourd’hui vous ont placés, comme ce fut votre volonté, sous l’ombre de la mort. Votre monde est troublé. Et puisque le mot que vous utilisez pour désigner l’espace est « ciel », et puisque nous aussi sommes Fils et Filles de Dieu, ne se pourrait-il pas que ce soit maintenant, précisément, que l’ancien oracle s’accomplisse ?

Il a aussi été prédit que lorsque le temps viendrait, les races noires se lèveraient et demanderaient le droit au respect et le statut d’hommes libres si longtemps refusé par vous, les hommes à la peau claire. Cette prophétie n’est-elle pas en train de s’accomplir aujourd’hui sur la Terre ?

Vous voyez, nous connaissons bien l’histoire de votre monde. L’idée selon laquelle nous sommes vos Frères et les Gardiens de votre planète est juste. C’est en remplissant ce rôle que nous venons vers vous et vous disons : laissez le Créateur de l’Univers être Celui qui guidera votre monde, afin que vos troubles s’évanouissent comme les ténèbres devant la Lumière.

Que serait l’homme sans le souffle de la Vie ? Et Qui le donne ? Ne se trouve-t-il pas partout pour le bénéfice de tous ? Alors… que le Terrien apprenne que son Dieu n’est pas en quelque lieu éloigné, mais toujours près, dans toutes Ses manifestations et dans l’homme lui-même. »

Orthon cessa de parler et, pendant un moment, George Adamski demeura assis, la tête baissée, imprégné de l’énergie de ses paroles. Peu à peu, il prit conscience d’une chaleur qui semblait pénétrer dans son esprit. Levant les yeux, il vit, en regardant les visages de ceux qui l’entouraient, que cette chaleur qu’il ressentait était une bénédiction qui coulait à travers eux.

Alors le Maître vénusien qui se trouvait à bord du vaisseau et qui avait assisté à cet échange entre Orthon et George, se leva et s’approcha de ce dernier, plongeant son regard profondément dans ses yeux. Et il lui parla ainsi :

« Mon enfant, ce que notre Frère vient de vous dire semble en contradiction avec ce que votre peuple a appris à considérer comme la vérité. Cela, en soi, n’a que peu d’importance, puisque tout ce que l’on nous enseigne au fil des jours ne sert en définitive que de tremplin vers de plus grandes vérités auxquelles on n’accède que plus tard. C’est la loi du progrès. Une fois dans le droit chemin, il ne peut en être autrement. Il est essentiel que les hommes travaillent et luttent ensemble avec l’esprit ouvert, sachant bien que tout n’est jamais connu.

Il existe un guide infaillible pour déterminer si le chemin est droit ou non. C’est très simple. Si les résultats de vos pensées et de vos actions sont mauvais, alors le sentier que vous suivez vous éloigne de la Lumière. Si de bonnes choses marquent le chemin que vous prenez, alors votre vie, la vie de vos enfants et de leurs enfants seront joyeuses. Des bénédictions que ne rompront ni la maladie ni la discorde seront votre héritage éternel. »

Le Maître toucha la main de George en signe d’adieu et quitta la pièce dans un silence vibrant des paroles qu’il venait de prononcer.

George regarda alors longuement les visages de ses amis afin de les imprimer dans sa mémoire. Il n’y eut aucune parole d’adieu, mais chacun leva la main et il leva la sienne. Puis il laissa Orthon le conduire à travers le vaisseau jusqu’à la petite navette qui devait le ramener sur la Terre.


Rédigé en 1955 par C. Blodget d’après les propos de George Adamski
réunis ensuite dans le livre « Inside the Space Ships »




George Adamski (Spiritualité, Nouvel-Age - Associations, Groupes)    -    Auteur : Rene - France


1448 visiteurs depuis 2008-05-26
dernière mise à jour : 2008-05-26

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #661