Spiritualité, Nouvel-Age - Autres
L'europe des consciences

INVITATION À UNE SYNERGIE ACTIVE
ENTRE TOUS CEUX QUI SOUHAITENT VIVRE
DANS UNE SOCIÉTÉ RÉCONCILIÉE
AVEC LA SAGESSE

LES FAITS

Depuis vingt ans, un mouvement de grande ampleur s'est développé en faveur de l'écologie, des médecines douces, du yoga, de la spiritualité, de la solidarité.

La société ne l'a pas vraiment intégré.

Si l'Abbé Pierre et Sœur Emmanuelle, le Commandant Cousteau et le Docteur Jean-Louis Etienne, Théodore Monod et Albert Jacquart sont parmi les personnes les plus populaires de France, leurs paroles ne semblent guère influer sur le cours des choses.

Toute entière immergée dans la résolution des problèmes du quotidien, apparemment sans vision sur le long terme, notre société semble avoir perdu la conscience que les principes de spiritualité, écologie, solidarité, sont les fondements essentiels et incontournables d'une société, qu'ils appartiennent aux lois de la vie, aux lois de l'univers, et qu'ils représentent souvent le simple bon sens.

La multiplicité des associations, centres, journaux, qui se sont créés pour proposer une vision alternative de la société actuelle, est aussi étonnante que son manque d'impact sur les structures sociales.

Par exemple :

- 50 % des Français feraient usage des médecines douces. Et pourtant l'interdiction, les limitations ou la répression frappent celles-ci sans relâche et de plus en plus.

- Après tous les scandales liés à l'alimentation industrielle (veaux aux hormones, vaches folles, poulets à la dioxine, etc.), le consommateur se tourne de plus en plus vers les rayons d'alimentation biologique. Même les grandes surfaces s'y sont mises et ne peuvent satisfaire la demande. Mais l'agrobiologie n'est toujours pas vraiment encouragée par les pouvoirs publics, et la pollution gagne de partout. les sols s'épuisent, les campagnes se désertifient.

- Il existe aujourd'hui des enseignants de yoga dans la moindre petite ville et beaucoup de médecins conseillent cette discipline à leurs patients. Pourtant, certaines instances officielles s'acharnent à considérer le yoga comme une pratique exotique et sans valeur.

- La spiritualité, étouffée au fil des siècles par les dogmes, puis par un laïcisme répressif et aujourd'hui par le matérialisme, cherche malgré tout à survivre. Cela se passe, certes, de façon parfois désordonnée et mélangée, mais qui ne voit que c'est la Vie même qui cherche à jaillir ? Et pourtant, cet élan spirituel est largement déconsidéré, souvent suspecté, voire brisé.

UNE CRISE GRAVE

Il serait facile de multiplier les exemples qui montrent ce divorce entre une aspiration de plus en plus large à un changement - rupture avec l'idéologie du scientisme, du progrès, de la croissance économique, du bonheur apporté par la consommation, du rationalisme exclusif - et un immobilisme social où se pérennisent attitudes et structures archaïques.

Notre société est en crise grave. Pierre Thuillier a prédit " La Grande Implosion ", Jean Biès a prononcé des " Paroles d'urgence ", Arnaud Desjardins a porté des " Regards sages sur un monde fou ", Xavier Emmanuelli donne son " Dernier avis avant la fin du monde ". Bien d'autres encore lancent un cri d'alarme.

NÉCESSITÉ D'UNE SYNERGIE

Il nous semble aujourd'hui nécessaire que s'unissent les voix de ceux qui souhaitent un monde plus conscient et plus respectueux des valeurs profondes et constructives de l'humanité, dans un mouvement synergique, qui respecterait les sensibilités individuelles tout en affirmant quelques principes communs, certaines lignes de force partagées par tous et que nous essayons de résumer dans la Charte de l'Europe des Consciences. Nous avons en effet en commun l'aspiration à vivre selon les valeurs de spiritualité, écologie, et solidarité. C'est cela qui nous relie, par delà nos centres d'intérêts spécifiques.

Il nous faut créer, par la puissance de notre conviction et la force du nombre, un espace de reconnaissance dans lequel ces valeurs puissent s'épanouir et être réellement comprises.

Il est urgent de réaffirmer notre droit à l'existence en tant que citoyens se référant à des valeurs différentes de celles communément en vigueur dans la société actuelle, et qui sont essentielles.

Cette synergie permettrait, de plus, une action organisée et efficace sur de multiples objectifs concrets et précis. Chaque action bénéficierait de l'appui collectif.

Nous pensons que le moment est venu de formaliser ce grand mouvement de synergie entre tous ceux qui se retrouvent dans les mêmes valeurs et partagent une même aspiration à un monde plus empreint de sagesse.

C'est pourquoi nous vous proposons de nous réunir tous au sein de l'association l'Europe des consciences créée en novembre 2000.

LA CHARTE
DE L'EUROPE DES CONSCIENCES


Considérant que l'Europe, dans sa construction politique actuelle, ne prend réellement en compte que les dimensions économique et financière,

Considérant qu'un matérialisme omniprésent et organisé s'est emparé du continent où il génère violence, mercantilisme, amoralisme, déculturation galopante, et qu'un nouvel obscurantisme est en train de gagner les esprits,

Considérant qu'une uniformisation généralisée cherche à s'imposer, détruisant les diversités culturelles et écrasant les individus,

Considérant que seules, à l'ampleur de la " crise " sont capables de répondre en profondeur et durablement des solutions d'ordre spirituel, elles-mêmes fondements véritables de relations fraternelles entre les hommes, et fondements d'une relation respectueuse de l'homme à la Nature, Considérant ce qui précède, les membres cofondateurs de l'association L'EUROPE DES CONSCIENCES adoptent la présente Charte, par laquelle ils reconnaissent l'importance et l'urgence de :

Renouer avec la dimension spirituelle de l'homme et les valeurs éternelles

Tout entier tourné vers l'avoir et le pouvoir, l'homme moderne s'est trop souvent coupé de sa dimension la plus profonde par laquelle sa vie acquiert sens et plénitude. C'est lorsqu'il est connecté en lui à la source de toute vie que l'homme peut développer vision juste et action juste. Il participe alors à la danse et à l'harmonie de l'univers, et en respectant ses lois, il vit dans la joie, la conscience et la liberté.


Réintégrer l'homme au sein de la nature - au niveau de l'espèce comme de l'individu

L'homme est partie intégrante de la nature. Il y a ses racines, il y puise sa substance. La nature lui a donné vie, elle le nourrit et le guérit, elle le soutient et le régénère. Quand l'homme pollue la nature, il se pollue. Quand il la détruit, il se détruit. Quand il lui manque de respect c'est lui-même qu'il insulte.

Mettre l'économique au service du politique et le politique au service de la sagesse

Il est, au sein de toute société, une hiérarchie juste des pouvoirs : la sagesse montre des objectifs et inspire, le pouvoir politique met en oeuvre ce qui est reconnu comme juste, et le pouvoir économique satisfait les besoins matériels dans le cadre tracé par le pouvoir politique.

La démission du pouvoir politique devant le pouvoir économique a conduit à cette perversion où la consommation devient une fin en soi, et est perçue comme la source de tout bonheur.

Favoriser les réalisations à taille humaine et la démocratie de proximité

Il est un espace juste pour exister en plénitude, une distance juste pour être bien ensemble. Trop à l'étroit l'homme s'étiole, dans un espace trop grand il est perdu. En espace confiné les relations sont vite conflictuelles : elles sont inexistantes au sein de la multitude. Les relations de coeur à coeur s'épanouissent dans la proximité.

Instaurer davantage de justice sociale, expression naturelle de fraternité et condition de paix durable

Le sens de l'unité de toutes choses que donne l'expérience spirituelle conduit naturellement à la fraternité et au partage. La justice sociale n'est plus un principe théorique, mais va de soi, avec la force de l'évidence. Une paix durable - pour l'individu comme pour la collectivité - en découle naturellement.

Sortir de l'égoïsme national pour entrer dans une fraternité sans frontières

La vraie fraternité ignore les frontières. On ne peut plus défendre seulement ses intérêts et son bien-être personnel en ignorant ce qui se passe au-delà des frontières, et que nous avons largement contribué à créer.

Responsabiliser la personne et encourager une solidarité de proximité

On ne peut se vouloir libre sans se vouloir en même temps responsable. Assumer sa responsabilité donne dignité et grandeur à l'individu. Cette responsabilité n'efface pas la nécessité d'une solidarité, qui trouve sa première expression dans le cercle des proches.

Considérer la nécessité d'une " Déclaration des devoirs de l'homme envers lui-même, ses frères du monde, la nature et la Terre "

La Déclaration des droits de l'homme a été conçue pour protéger le faible du fort. Mais, insidieusement, elle a renforcé chez tous l'égoïsme et l'envie, au détriment du don de soi et de l'esprit de service. L'homme, devenu trop conscient de ses droits, en a oublié ses devoirs. Il doit reprendre conscience de son rôle, de sa fonction et de sa responsabilité dans le maintien de l'harmonie dans la société et sur la Terre.

S'investir davantage dans la prévention des problèmes que dans leur guérison - agir dans la conscience du long terme

Maintenir les choses dans la cohérence et l'harmonie en anticipant les problèmes est beaucoup plus juste que résoudre ceux-ci après avoir été négligent. De même, c'est la conscience du long terme qui doit guider nos actes. Il n'est pas responsable de satisfaire sans frein ses désirs - pour un individu comme pour une collectivité - sans se soucier du lendemain. L'électoralisme politique pousse en sens contraire : préférence pour l'acte de guérison aux effets plus visibles, et actions commandées par les intérêts du court terme, l'espace d'une échéance électorale.

Retrouver et respecter le sens sacré de la naissance et protéger la petite enfance

Nous savons aujourd'hui que de la qualité de la naissance et de la petite enfance dépendent largement l'équilibre psychologique et émotionnel de l'adulte, son aisance relationnelle et sociale, son bonheur - et celui de la société dans laquelle il vivra. D'où l'importance de la qualité de la naissance, de considérer l'enfant comme une personne, et de ne pas lui infliger de blessures à un niveau quelconque par une conduite non respectueuse de la globalité de l'événement.

Eduquer à la vie, en même temps que préparer à un métier

A côté d'une transmission des savoirs et des techniques qui préparent au métier, une éducation doit préparer à l'art de vivre. Développement du caractère, de la sensibilité, de l'intelligence du coeur - culture de l'écoute et du respect, de la discipline et de l'effort, de la compassion et de la solidarité, ouverture à la vie intérieure, à la responsabilité, au don de soi et à l'esprit de service - doivent compléter l'accumulation des connaissances et l'exercice de la raison.

Retrouver une vision globale de la santé et accepter une médecine plurielle

L'homme n'est pas qu'une machine dont on répare les pièces défaillantes. Malgré ses très grandes réussites dans le cadre qu'elle s'est fixée, notre médecine manque d'une vision globale de l'homme - d'où ses résultats contestables en termes de santé globale de l'individu, et son coût démesuré qui pèse sur d'autres aspects de la vie. Les dimensions physique, énergétique, mentale, sensible et spirituelle doivent pouvoir être prises en compte dans ce domaine de la santé, et traitées de façon adaptée par des moyens thérapeutiques diversifiés.

Rendre au travail son sens et sa dimension de service

Le travail est un service aux autres en même temps qu'une voie de réalisation personnelle. Vécu ainsi il devient à la fois utile à la société et épanouissant pour Soi-même, au lieu d'être ennuyeux et dépourvu de sens. Il faut renouer avec l'esprit des bàtisseurs et du compagnonnage, revaloriser le travail manuel et l'apprentissage. Le cadre du travail est espace de vie et on doit retrouver en son sein toutes les valeurs d'un art de vivre réconcilié avec la sagesse, notamment la fraternité et l'éthique.

Ouvrir pleinement la société aux femmes et aux valeurs féminines

Notre société est trop rationaliste et patriarcale, son architecture est froide et arrogante, son fonctionnement essentiellement compétitif. Il faut l'ouvrir davantage à l'intuition et au sentiment, à la courbe et à la douceur, à l'accueil et à la gratuité, à la coopération et à la générosité.

Réintégrer la vieillesse et la mort au sein de l'existence

Vieillesse et mort font partie de la vie, et permettent d'en découvrir le sens. D'où leur importance, et la place qu'elles doivent avoir au coeur de la société.

Retrouver le sens de la vie

Tout à ses recherches tournées vers l'extérieur, l'homme s'est lui-même négligé, laissé en friche. Il lui reste à apprendre - ou réapprendre - à ouvrir son coeur, épanouir son âme, conscientiser son corps, et à découvrir la plénitude qui demeure en lui-même. C'est la grande aventure qui l'attend aujourd'hui.

La présente charte est ouverte à la signature de toutes les personnes physiques ou morales qui souhaitent adhérer à l'association L'EUROPE DES CONSCIENCES
telle que nous venons d'en poser les fondements.

Parmi les premiers adhérents :

Abbé Pierre. Président d'honneur
Marie-Agnès Bergeon (directrice de l'école Yoga Sadhana)
Jean Biès (écrivain)
Christine Brière (directrice-fondatrice de Hestia)
Jacques Castermane (directeur-fondateur du Centre Dürckheim)
Mona Chasserio (directrice-rondatrice de Coeur de Femmes)
Alain Chevillai (directeur-fondateur de Terre du Ciel)
Lama Denys (directeur spirituel de Karma Ling)
Chantal Espariat (directrice des Courmettes)
Antoine Ferrer (directeur du centre l'Aube)
Bernard Ginisty (fondateur de ATTAC, président-fondateur de Démocratie et Spiritualité)
Danielle Huèges (directrice-fondatrice des Haltes des amis de la Rue)
Marguerite Kardos (sumérologue, thérapeute)
Jacqueline Kelen (écrivain)
Alain de la Morandais (théologien)
Bernard Leblanc-Halmos (intervenant en entreprise, directeur-fondateur des éditions de L'Etre-Image, écrivain)
Jean-Yves Leloup (prêtre orthodoxe, directeur-fondateur de l'IREC, écrivain)
Arouna Lipschitz (écrivain)
Daniel Maurin (écrivain)
Yves Michel (directeur-fondateur des éditions du Souffle d'Or et maire d'Éourres)
Bernard Montaud (fondateur de Art'as, écrivain)
Michel Noillevalle (directeur-fondateur de lnfos Yoga)
Pierre Rabhi (agrobiologiste, directeur-fondateur de Terre et Humanisme, écrivain),
Christiane Singer (directrice-fondatrice de La Lichtung – écrivain)
Martine Tailhardat (association Maison Amrita/Amma)
Jean Vernette (théoIogien)
... et les 32 librairies du réseau ALEF.

(soit au 31 Mai 2004 - 3608 adhérents à l'association.)

Pour adhérer voir le site officiel: www.europe-des-consciences.org




L'europe des consciences (Spiritualité, Nouvel-Age - Autres)    -    Auteur : Zen - Inde


1979 visiteurs depuis 2007-08-30
dernière mise à jour : 2007-08-30

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #520