Spiritualité, Nouvel-Age - Ecologie, Sciences de la Terre
Les glaciers fondent plus vite que prévu

L'Arctic Sunrise dans le fjord de Kangerdlussuaq
le 20 juillet 2005 - Groenland
crédit : Greenpeace / Steve MorganLes glaciers se déplacent et donc fondent à une vitesse supérieure aux prévisions scientifiques. Cette découverte dramatique confirme une accélération de l'impact des changements climatiques.
Des scientifiques du Climate Change Institute de l'Université du Maine, Etats-Unis, embarqués sur le brise-glace de Greenpeace, l'Arctic Sunrise, ont mené une étude au Groenland sur l'évolution des glaciers.

Les premiers résultats indiquent que le glacier Kangerdlugssuaq, situé sur la côte est du Groenland, pourrait être l'un des glaciers les plus rapides au monde avec une vitesse de déplacement (de l'intérieur de l'île vers la mer) atteignant environ les 14 kilomètres par an. En fait, le glacier "glisse" sur son lit à cause de l'infiltration d'eau de fonte de surface, due au réchauffement climatique. Les mesures ont été prises grâce à une méthode de relevés de haute précision par GPS. Les résultats ont, alors, été comparés avec ceux de 1988 qui était de cinq kilomètres par an, soit une augmentation de + 9 km/an.

D'autre part et contre toute attente, le glacier de Kangerdlugssuaq a perdu en surface : sa longueur s'est restreinte de cinq kilomètres depuis 2001 alors qu'il avait une position stable ces 40 dernières années.

Des glaciers tels que celui de Kangerdlugssuaq transportent la glace depuis le cœur de la calotte glacière du Groenland jusqu'à l'océan où ils libèrent des icebergs. Ces icebergs contribuent à l'élévation du niveau de la mer. A lui seul, le glacier Kangerdlugssuaq draine 4% de la glace de la calotte glacière groenlandaise. Le moindre changement de vitesse de ce glacier prend donc une importance considérable en terme d'élévation du niveau de la mer.

"C'est une découverte dramatique," a déclaré le Dr. Gordon Hamilton, qui a effectué les mesures sur le glacier de Kangerdlugssuaq, assisté de Leigh Stearns, doctorant de l'Université du Maine. "Ces nouveaux résultats indiquent que la perte en glace de la calotte du Groenland, si elle n'est pas compensée par une augmentation équivalente des chutes de neige, pourrait être plus importante et plus rapide que les estimations précédentes", affirme le Dr. Hamilton.

"Comme le réchauffement climatique est plus accentué au Pôle Nord, les glaciers qui se trouvent sous ces hautes latitudes pourraient réagir comme le glacier de Kangerdlugssuaq. Cela pourrait à son tour entraîner de graves implications pour la vitesse de montée du niveau de la mer" ajoute le Dr. Hamilton.

La calotte glacière du Groenland pourrait commencer à fondre irrémédiablement si le réchauffement de la région dépassait les trois degrés Celsius. Cette fonte porte en elle la menace d'une élévation progressive du niveau de la mer d'environ sept mètres sur une période de quelques milliers d'années.
Cependant, une montée de la mer allant d'un demi-mètre à un mètre (en moyenne) d'ici à 2100 aurait des conséquences significatives pour l'ensemble des sociétés. Plus de 70% de la population mondiale vit dans les plaines côtières, et 11 des 15 plus grandes villes du monde se trouvent sur des côtes ou dans des estuaires. Au Nigeria, 1 mètre de montée du niveau de la mer entraînerait la submersion de 70% de la côte ; la capitale de la Gambie (Banjul) serait entièrement engloutie. La hausse du niveau des mers causerait également la salinisation des nappes phréatiques littorales, privant d'eau potable de nombreuses régions : on craint par exemple que des mégalopoles du Sud comme Manille (Philippines), Shanghai (Chine), Dhaka (Bangladesh), Jakarta (Indonésie) manquent d'eau avant la fin du siècle. Les pays industrialisés ne seront évidemment pas épargnés, en France, les lagunes du Languedoc pourraient être inondées et la riche biodiversité des régions de deltas serait considérablement réduite.

"La fonte des glaciers du Groenland envoie au monde un signal d'alarme : il faut agir sans attendre pour enrayer le changement climatique," prévient Martina Krueger, responsable d'expédition Greenpeace à bord de l'Arctic Sunrise. "Combien d'autres avertissements faudra-t-il à l'Administration Bush et à l'ensemble des pays développés responsables du bouleversement du climat avant qu'ils cessent leur beaux discours et mettent en oeuvre des mesures efficaces?" s'interroge Martina Krueger de Greenpeace.




Les glaciers fondent plus vite que prévu (Spiritualité, Nouvel-Age - Ecologie, Sciences de la Terre)    -    Auteur : zen - Canada


1791 visiteurs depuis 2007-02-13
dernière mise à jour : 2007-02-13

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #214