Spiritualité, Nouvel-Age - Sciences Parallèles
Le Soleil est vraiment froid, contrairement à ce que dit la science officielle.

Pour preuve, l’espace, qui est exposé au rayons solaires sans interférence de notre atmosphere, est extrêmement froid, approximativement 3 oK (-273 oC). Plus on monte en hauteur et plus il fait froid. Pourquoi l’espace n’est-il donc pas extrêmement chaud; alors que, lorsque le Soleil resplendit, en été, et qu’il n’y a pas de nuages, il fait très chaud sur Terre ? La chaleur est causée par une réaction thermique entre les rayons solaires et l’aura électromagnétique de la planète, les lignes Van Allen ou les champs morphogénétiques de matière comme l’enseignent la sagesse des anciennes arcanes(1) et le livre de Thelos(2).

Voir la réponse suivante à propos de la température de l’espace a:
http://imagine.gsfc.nasa.gov/docs/ask_astro/answers/980301b.html .

“La question:

Je voulais vous demander ce qu’indiquerait un thermometre si on le mettait dans l’espace, sans autre lumière ou source de chaleur et sans aucune radiation de fond ? La température serait vraiment froide ?

“La reponse:

Oui, ca serait tres froid. La temperature mesure l’energie par “degre de liberte” (c’est a dire, la facon dont quelque chose peut se mouvoir), quelles que soient les molecules qui se trouvent autour. Alors, ça devient tellement froid que les molecules s’arrêtent toutes ensemble, c’est la température du “zéro absolu”. Sur l’echelle Celsius (l’eau se glace à 0 et devient bouillante à 100), le zéro absolu est à -273 o C.

“On utilise généralement l’échelle de température Kelvin, où le zéro Kelvin correspond au “zéro absolu” ou -273 o C. L’eau se glace à +273 o Kelvin devient bouillante à +373 o Kelvin.

Si l’on mettait un thermometre dans l’espace, sans absolument rien autour, il refroidirait dans un premier temps. Ça prendrait peut-être très très long temps. Une fois froid, il indiquerait une température de 2,7 o Kelvin. C’est à cause des ”3 degrés de radiation des micro-ondes de fond”. Peu importe votre emplacement, vous ne pouvez y échapper, c’est toujours ainsi que cela se passe.”

Les rayons solaires atteignant la Terre créent de la chaleur sur la matière. Derrière un arbre, par exemple, la température est plus fraîche parce que les rayons solaires n’interagissent pas directement avec les champs morphogénétiques des particules de matière de nos corps mais par radiation (réfraction). Dans l’espace, les astronautres exposés aux rayons solaires sont confrontés à une température d’environ 200oC puisqu’il n’y a pas de nuages qui dévient ou réfléchissent les rayons solaires. Du côte sombre, quand la Terre est entre les astronautes et le Soleil, la temperature est très froide, comme nous l’avons dit ci-dessus. L’absence d’autre matière rend la réfraction moindre.
http://www-spof.gsfc.nasa.gov/Education/Ielect.html

Les ions et les électrons sont généralement mélangés dans une « soupe » contenant autant de charges positives que négatives. Une telle mixture est appelée plasma (le même terme a un sens different en médecine ); cf :histoire du plasma. Le plasma réagit comme un gaz, mais lorsque des forces électriques et magnétiques sont présentes, de nouvelles propriétés voient le jour, très différentes de celles des gaz ordinaires.

La ionosphère au dessus de nos têtes est en fait du plasma. Au contraire de l’air, elle conduit l’électricité, et en fait, la ionosphère dans les régions polaires transporte de larges courrants électriques, comme il en est discute une section ulterieure. La conductivité électrique de la ionosphère, au contraire des métaux ou de l’eau de mer, est très influencée par le champ magnétique terrestre. C’est un plasma très spécial, parce que la ionosphère contient également une grande quantite de molécules atmosphériques neutres qui se heurtent constamment aux ions et aux électrons.

Par contraste, les collisions sont très rares dans le vent solaire. Si c’était un gaz ordinaire, ou si la Terre n’avait pas de champs magnétique, le vent solaire aurait atteint la partie haute de l’atmosphère et aurait arrosé la Terre de la même façon que l’eau d’un courant s’écoule autour d’un rocher. Cela arrive, en fait, à la planète Venus, qui ne semble pas avoir de champ magnétique propre. La Terre a, elle, par contre, un champ magnétique très fort qui s’oppose au vent solaire et forme un obstacle beaucoup plus large que celui de la Terre elle-même. Puisque le vent solaire est un plasma, il est forcé de contourner le champ terrestre , créant une large cavité protégée autour de la Terre, la magnétosphère.

L’explication des phénomènes spatiaux requiert ainsi une bonne comprehension de la physique plasmique. Malheureusement, aucun laboratoire ne peut dupliquer les immenses dimensions et les très faibles taux de collision des particules des plasmas de l’espace. Le comportement de tels plasmas peut, de temps en temps, être simulé sur ordinateur, mais pour réellement comprendre ce qui se passe, il faudrait envoyer des instruments dans l’espace et en étudier leurs observations.

La question suivante est évidemment: Si l’espace est froid, comment est ce que les scientifiques mesurent-ils la température du Soleil ? Les scientifiques mesurent la température du Soleil en examinant sa couleur. Exactement comme une barre de fer chaud qui change de couleur, allant du rouge au “blanc” alors que la barre chauffe.Pour moi, c’est comme conclure que le Soleil tourne autour de la Terre parce qu’on a l’impression qu’il se leve à l’Est et se couche à l’Ouest, ou que la Terre est plate parce que c’est l’impression qu’elle donne lorsqu’on la regarde de sa surface. Parce que le fer change de couleur lorsqu’on le chauffe et parce qu’on voit ces couleurs de fer chaud sur le Soleil, la conclusion est que le Soleil se comporte comme le fer et est chaud et les couleurs qu’il émet permettent d’en déduire la température en divers endroits. N’est-ce pas là, penser avec la “mentalité de la Terre plate” ? Il vaudrait mieux envoyer une sonde vers le Soleil et en mesurer sa température. Le dilemme est le suivant: comment en mesurer sa température sans en affecter la mesure par la reaction des instruments aux rayons solaires ? Mais, évidemment, la science a déjà fait son choix et il serait idiot de remettre en question l’idée d’un Soleil chaud. La haute concentration photonique émise comme lumière fait croire que cette lumière vient de la combustion, quand, en réalité, elle vient de l’excitation atomique dans le plasma.

Dans un sens, il est comprehensible de conclure que le Soleil est chaud puisqu’il est la source d’énergie de notre planète et lorsqu’il se lève à l’Est, la température de la surface de la Terre, exposée au Soleil, augmente suite à l’exposition aux rayons solaires et refroidit au coucher du Soleil, à l’Ouest. Lorsque nous nous approchons d’un four, on sent la chaleur et les couleurs du feu sont semblables à celles du Soleil. Ceci nous conduit à la conclusion évidente et logique que le Soleil est chaud comme un volcan. Ironiquement, en pensant ainsi, par une observation empirique, les gens du passé croyaient que la Terre était plate, ou bien, ils ont créé le concept d’un univers géocentrique. Mais ce qui a l’air évident, ne l’est peut-être pas.

Pendant la formation des Soleils et des galaxies, des changements de pression créent des changements de température qui peuvent engendrer de très grandes chaleurs, selon les lois thermodynamiques, mais d’un état stable comme dans un Soleil mature, les atomes dans un état de plasma sont, en fait, froids. Le plasma est froid, pas chaud. L’effet photonique du changement d’état des atomes de l’état d’excitation à celui de repos dans le plasma entraîne le rejet de photons qui constituent la lumière solaire que l’on voit. A présent, la science ne possède pas les moyens technologiques pour prouver ce fait. Le Soleil est formé d’un plasma d’atomes d’hydrogène, d’hélium et autres. Mais le Soleil est creux et la couche de gaz n’est pas suffisamment profonde pour produire des températures de millions de degrès produits par le poids d’atomes se compactant et générant de hautes températures selon les lois de la thermodynamique. (La pression génère de la chaleur).

Le transfert d’énergie est produit par des ondes de radiation thermale comme dans une combustion ou par des ondes électromagnétiques (“froides”) comme en radiofréquence. Evidemment, le Soleil détruirait un satellite qui s’approcherait trop de sa surface, mais non a cause de la chaleur, mais des hautes radiations d’ondes (gamma, alpha, cosmiques, ultraviolette, visibles, infra rouge, etc… ). Personne ne devrait mettre sa main au travers d’un plasma de gaz , non parce qu’elle brulerait mais à cause des hautes radiations qui la détruiraient. L’interaction entre les champs morphogénétiques de la Terre et n’importe quel autre corps céleste et surtout n’importe quel autre corps vivant ou non (qui est egalement forme de champs morphogénétiques) et les radiations solaires provoque la chaleur. Pour parler précisément, le Soleil n’est ni chaud, ni froid dans son état stable puisque c’est du plasma et ses radiations ne sont ni chaudes ni froides. La température de ce plasma est affectée par les lois de la thermodynamique. Mais considérant que l’on attribue une température à sa surface de plusieurs millions de degrés, c’est donc un corps froid, mais pas glacé.

J’adore la science et la technologie, mais je n’aime pas la prise de position de la science officielle, qui se terre la tete dans le sable lorsqu’elle est confrontée a ce qu’elle ne peut expliquer. Avez vous déjà vu un travail scientifique et une prise de position sur les Crop Circles en Angleterre et partout dans le monde. La solution du problème: si je ne peux l’expliquer, alors je l’ignore. Et si un collègue essaie de l’expliquer ou en fait une étude serieuse, alors s’en suivent “Les Quatre Pas d’Une Nouvelle Idee” decrits par Mahatma Gandhi. (Voir http://www.luisprada.com/series_i.htm).


Du livre “Secret of the Andes" de Frere Phillip

Rev. 12:7: Et il y avait la guerre au paradis: Michael et ses anges combattirent le dragon…

Michael et ses anges se réfèrent aux habitants des mondes sous la couronne solaire. Quelle est la nature du Soleil ? Bien sûr, sa température n’est pas froide mais ce n’est pas un corps brûlant. Qu’est ce qui se trouve sous la couronne solaire que personne n’a vu ? Que pensez-vous de sa nature ? C’est un corps froid. Qu’y a-t-il dessous ? Des planètes.

Tout est dupliqué dans le monde du Père. Etudiez la construction de l’atome. Il y a autant d’électrons que de protons dans chacun d ‘entre eux. Si vous avez douze planètes à l’extérieur, le Soleil en est le noyau ; les douze planètes sont les électrons et le noyau contient les protons.

Douze neutrons. Que pourraient-ils être dans la constitution du système solaire ? Les douze corps sous la surface de la couronne : le Soleil est composé de douze corps, et leur révolutions sont à l’origine des étranges cycles de onze années des taches solaires. Mais les habitants—parce qu’il y a des habitants sur le Soleil—sont differents de ceux qui habitent les mondes. Je ne peux commencer à expliquer la vie telle qu ‘elle existe là bas. Mais il y a des mondes. La vie n’existe pas dans les gaz brûlants. Ces êtres sont des anges, ainsi qu’on les appelle. Michael et ses legions,-- les archanges,-- sont tous des habitants du Soleil.

Pourquoi n’y a-t-il que sept archanges, parce qu’il n’y avait que sept planètes chez les anciens. Parce qu’ils n’avaient pas une image complète, cela ne voulait pas dire qu’il n’y en avait pas plus. Les vrais anciens savaient qu’il y en avait plus. Par conséquent, on a les douze signes astrologiques, et aussi les douze archanges.


La nature de l’univers est, à ce point de l’avancée scientifique, impossible à nier : elle est électromagnétique. Le magnétisme est dans chacun des, disons, corpuscules de l’univers, parce que dans tout ce qui a une charge électrique, positive ou négative, par nécessité, il y a aussi un champ magnétique et un autre, électrostatique, il en est ainsi de la composition électromagnétique.

Si chaque portion de plasma, gaz, materiaux, astéroïdes, satellites, planètes, et en bref, tout ce qu’on voit dans l’Univers, est formée de ces corpuscules, et ceux ci, joints, augmentent leurs propriétés primitives et les transfèrent à leurs composites, il n’est pas surprenant que dans ceux ci, on voit les charges apparaître, les champs électrostatiques et magnétiques, de telle façon que si on avait à créer un modèle mathématique de l’univers et de ses composants, il suffirait d’utiliser des bobines, des condensateurs, des fils électriques et une source d’énergie.

D’un autre cote, le matériau le plus en relation avec le magnétisme est le fer et c ‘est également l’un des métaux les plus abondants dans le noyau de la Terre, disons, dans son cœur et dans son sang, comme cela l’est dans le corps humain sous la forme de corpuscules rouges dont la couleur est précisément due à ce métal.

Nous observons également que la pratique légendaire du magnétisme pour pénétrer l’esprit des autres, grâce auquel on parvient à réaliser l’imposition magnétique et cela nous prouve bien que notre composition matérielle et spirituelle est de la meme origine : le magnétisme.

Est ce que cela n’arrive pas également avec la composition moléculaire de la matiére ?, Finalement, cela nous amène à admettre qu’il n’y a qu’une seule substance qui existe , et que celle ci est le magnétisme, dont l’origine doit être infiniment puissante, mais tellement sublime qu’elle est présente partout dans l’univers infini, si faible que la charge d’un électron, mais si majestueuse que l’éclat des mondes que l’on voit dans l’univers et même plus, que ce que nos yeux ne peuvent voir.
Et bien, revenons a notre sujet, la Chaleur du Soleil, nous sommes d’accord, n’est pas un effet direct comme le produit d’une combustion, comme vous l’avez magistralement exposé et développé. J‘ai cette même idée depuis l’enfance et finalement je vois qu’une personne en ce monde a les mêmes arguments que moi et cela crée en moi une joie profonde, que de percevoir de facon scientifique que notre Père, le Soleil, soit un monde habité, et que les vibrations électromagnétiques que l’on reçoit d’eux, ne soient pas autre chose que le bon desir de ses habitants, d’un niveau spirituel supérieur au nôtre, le degré de couvrir tellement d’espace dans tout leur systeme, pour que ni nous, ni les autres planètes ne manquent d’énergie afin de voir pousser toutes formes de vie qui en dépendent.

Je pense que les astronomes nous cachent des informations de valeur à ce propos, puisque je ne considère pas que qu’il existe beaucoup de gens qui s’obstinent à regarder le soleil au travers de son reflet dans l’eau.

1. L’ordre Rosicurien, l’AMORC, qui tire son enseignement de la Sagesse Ancienne, nous révèle que les rayons du Soleil ne sont ni chauds ni froids et que c’est au contact d’un objet que la chaleur est produite. Il nous apprend aussi que les rayons solaires, au contact du magnétisme de la Terre, produisent de la chaleur autour de nous. Cette information est tiree par l’auteur d’un monographe rosicurien de haute hierarchie.

2. TELOS, by Dianne Robbins, published by Mt. Shasta Light Publishing, P.O. Box 1509, Mt. Shasta, CA 96067-1509, USA, ISBN: 0-9700902-0-X On Chapter 1, "Welcome", Section: "A Word About Telos", page 5,

On y lit: "toutes les planetes sont creuses et sont habitees par la vie humaine d’un niveau vibratoire ou d’un autre. Le Soleil est également creux, et il n’est pas chaud, mais froid. Notre Terre est creuse et abrite un Soleil central interne.

Le premier corps est le Soleil (jouant un rôle de noyau). Il y a plus d’un siècle, en 1854 (2) l’éminent astronome Sir William Herschel suggera que le Soleil pourrait être habité et que ses habitants ne souffriraient pas plus de sa chaleur intense que les habitants de nos regions tropicales de la Terre. Il pensait que le Soleil était un corps froid, pas chaud et non enflammé comme une boule de feu.

Sir William Herschel (1738-1822) était un astronome anglais d’origine allemande qui construisit de puissants télescopes afin d’explorer systématiquement les cieux. Il découvrit Uranus, deux satellites de Saturne et catalogua de nombreuses doubles étoiles et nébuleuses.

Depuis qu’il a été démontré que les planètes satellites étaient de nature magnétique, on est en droit de penser que le corps gouvernant ces planètes soit également de nature magnétique. On pourrait alors dire que le Soleil est le “cerveau” magnétique ou ganglion de notre Système Solaire entier. Ses forces sont l’intelligence directrice de toutes les fonctions de notre Système. C’est a partir de ce grand corps nucléaire central que les planètes tirent leur énergie magnétique afin qu’elles aussi, soient en mesure de générer leurs forces.

Le vortex du Soleil est très intense, comme on s’y attendrait de la part d’un corps si immense, et il s’etend surement aux limites les plus lointaines du Système. Son atmosphère a trois couches principales:

La chromosphère, la couche de revers et la photosphère. La couronne envelope complètement ces trois couches. Photographié à la lumière hydrogène, on aperçoit alors très bien la structure magnétique du Soleil. Une telle photographie montre un effet granule très similaire à celui produit lorsque des débris de fer sont jetés dans un champs magnétique.

Les scientifiques affirment aujourd’hui que le Soleil est un four atomique gigantesque qui irradie une quantité de chaleur immense en direction de ses planètes satellites à chaque instant. Il est admis que la température à sa surface est de plusieurs milliers de degrés et que sa température interne est surement de millions de degrés. Cependant, on ne peut expliquer comment des gaz surchauffés peuvent réagir magnétiquement. C’est un fait élémentaire de physique qu’une substance perd son magnétisme lorsqu’elle est chauffée. Puisque les astronomes ont incontestablement enregistré des effets magnétiques émergeant du Soleil, nous avons là, un conflit direct entre la vraie nature du Soleil et sa température supposée. Ce conflit indique uniquement que le Soleil n’est pas la masse de gaz surchauffés comme le croient les scientifiques, mais plutot un corps froid comme l’a dit Herschel.

Il y a pas mal de preuves qui appuient la thèse selon laquelle le Soleil est un corps froid. Le processus qui détermine la température du Soleil est extrêmement complexe et implique les lois de radiation de la physique. Fondamentalement, voici comment de telles températures sont déterminées: la radiation du corps par centimètre carré par seconde multiplié par le quadruple de la température effective du corps est égal au taux de radiation au quadruple multiplie par la luminosite du corps divise par son diamètre au carré. Les mathématiques requises sont sympas, mais les astronomes basent leurs calculs sur deux suppositions:

Premierement, ils supposent que le Soleil est un corps qui rayonne parfaitement; deuxièmement, ils supposent que le Soleil irradie de la chaleur ! C’est parce qu’ils croient que la chaleur sur Terre, ainsi que la chaleur sur d’autres corps planétaires, vient directement du Soleil.Les gens sentent la chaleur lorsque qu’ils s’exposent à la lumière du Soleil, ils disent alors que le Soleil doit surement etre une masse brûlante irradiant cette chaleur. C’est comme si l’on disait qu’un émetteur radio émet des ondes sonores car lorsqu’on allume nos radios, on entend du son. Mais nous savons qu’un tel emetteur émet des ondes radio et que ces ondes radio sont transformées en sons à l’intérieur de la radio.

En 1543, une grande comete s’approcha du Soleil comme aucune autre comète ne l’avait jamais fait et cela se répeta avec une autre comète en 1882. En fait, elles pénétrèrent la couronne solaire, qui a une température supposée d’un million de degrés absolus. Ces comètes voyagèrent sur plus d’un million de kilomètres au travers de cette couronne enflammée et en sortirent sans égratignure ni aucun changement de vitesse ou de direction. Si le Soleil émet de la chaleur, pourquoi est ce que ces comètes ne se sont elles pas instantanement désintegrées en entrant dans une immense zone de chaleur de l’ordre d’un million de degrés absolus. Il est certain que rien ne pourrait survivre à un tel traitement.

Les astronomes nous ont dit que la planete Mercure est inhabitable car elle est a seulement 36 millions de miles du Soleil. Il nous ont dit que si Mercure avait été plus proche, elle aurait été annihilée depuis longtemps. Comment alors est ce que les deux comètes ont survécu sans même nous avoir montré les effets de leur voyage au travers de la couronne solaire ? on doit ici conclure que le Soleil n’irradie pas de chaleur, en tant que tel. Ainsi, il ne peut, en aucun cas, être un corps super chaud.

« Certaines protubérances voyagent à la vitesse incroyable de 450 miles à la seconde et atteignent une altitude de un million de miles ; c’est cent quatre vingt onze mille miles de plus que le diamètre du Soleil. Pour ajouter a l’étrangeté du phénomène, ces protubérances s’élèvent à des hauteurs fantastiques et « planent » en l’air, sans support, en complète contradiction avec la loi de la gravite de Newton !»

Les proéminences nous fournissent des preuves supplémentaires sur les conclusions ci-dessus. On suppose que ces proéminences sont des explosions de gaz d’hydrogène et apparaissent en premier dans la photosphère du Soleil. Il y a plusieurs théories, mais jusqu’à maintenant, les astronomes restent indécis quant à leurs origines. Le comportement de ces nuages d’hydrogène, comme on les appelle, est en contradiction avec l’une des plus vieilles et sans doute l’une des lois de physique les plus stables, la loi de la gravité de Newton.

Certaines protubérances voyagent a la vitesse incroyable de 450 miles à la seconde et atteignent une altitude d’un million de miles. C’est 191.000 miles de plus que le diamètre du Soleil. Ajoutons à l’étrangeté de ce phénomène le fait que ces proeminences s’élèvent à des hauteur fantastiques et “planent” en l’air, sans support, en complète contradiction avec la loi de gravite de Newton ! D’autres semblent se matérialiser, ne venant de nulle part et planent sans mouvement. Le Soleil, avec sa masse énorme et son pouvoir “d’attraction” pourrait surement tirer ces protubérances vers le bas si elles étaient composées de gaz d’hydrogène. Les astronomes disent qu’elles sont composées d’un tel gaz parce que le spectroscope les classe ainsi. Mais les spectroscopes restent très imprécis puisque l’atmosphère de la Terre interfère entre l’instrument et l’atmosphère du Soleil, et la partie haute de l’atmosphere terrestre contient de l’hydrogène presque pur. Ceci pourrait être l’hydrogène que les astronomes disent appartenir au Soleil.

Depuis longtemps, les taches solaires et protubérances embarrassent les scientifiques, mais elles appartiennent toutes deux au meme phénomène. Les taches solaires et protubérances sont des manifestations de l’activité coronale du Soleil comme on le voit de différents angles. protubérances solaires n’ont jamais été photographiées, excepté aux bords du Soleil. Les protubérances prennent la forme de, ou apparaissent comme étant des taches solaires lorsqu’elles sont vues sur la face du Soleil. La forme et les particularites des protubérances ne peuvent être observées sauf si la lumière du Soleil est neutralisée ( au coronographe ou lors d’une éclipse totale du soleil : note du traducteur). Ces protubérances ne sont pas du gaz d’hydrogène surchauffé car leur comportement prouve le contraire! Elles agissent comme des forces, pas comme des éléments (gaz, etc…)

La force des protubérances du Soleil est similaire à la force auroraire émanant des vents polaires de la Terre. La force auroraire est connue comme étant l’aurore boréale dans l’Hémisphère Nord et l’aurore australe dans l’Hémisphère Sud. Les noms lumières du “nord” et du “sud” sont également donnés à ce phénomène. Cette force terrestre, qui est continuellement envoyée dans l’atmosphère, a les caractéristiques exactes de la force des protubérances du Soleil. Bien qu’elle emane continuellement de la Terre, elle n’est vue qu’à certains moments, lorsque les conditions atmosphériques le permettent.

Les forces auroraires et des protubérances sont identiques. Sous l’épaisse atmosphère du Soleil se cachent des corps planétaires qui émanent des forces auroraires connues sur le Soleil comme étant des forces de protubérances. Le fait qu’il y ait des planètes sous la photosphère du Soleil est également évident de par le fait que dans une structure atomique, les électrons sont équilibres par un nombre égal de protons dans le noyau. Ceci en fait un système équilibré.

Les forces de protubérances se manifestent dans l’atmosphère des planètes cachées, ou internes, passent par leur champ électromagnétique, puis se manifestent une fois de plus dans l’atmosphère du Soleil. Et qu’en est-il des protubérances planantes qui se matérialisent de nulle part dans l’atmosphère supérieure du Soleil ? La solution à cette question déroutante peut être facilement résolue. Quand les forces auroraires des planètes externes (Terre, Mars, etc…) passent par leur vortex ou champ electromagnetique, elles sont attirées vers le grand corps solaire où elles se manifestent. A ce niveau, les astronomes observent les « protubérances planantes » qui « se materialisent » de nulle part !

Une autre énigme s’est présentée aux astronomes, certaines taches solaires semblent avoir une polarité et certains protubérances sont mystérieusement attirées vers certaines taches solaires. Les protubérances et taches solaires ont été présentées comme étant des manifestations de l’activite auroraire des planètes cachées ou internes sous la photosphère du Soleil. Il y a 12 planètes internes et 12 planètes externes.

Les astronomes se demandent pourquoi les taches solaires apparaissent à des intervalles plus ou moins irreguliers de 11 ans, et pourquoi les taches d’une nouvelle série apparaissent en haute altitude, et pourquoi il y a une lente progression de taches vers l’équateur solaire au fur et à mesure que le cycle de taches solaires avance, et pourquoi il y a un changement de polarité des taches solaires sur des cycles alternatifs ? Les réponses à ces questions donneront une théorie exacte et complète sur les taches solaires, et les réponses résident dans le fait que les planètes internes ou cachées créent ces conditions par leurs périodes de rotation et révolutions.

La chaleur et la lumiere sont les effets des rayons positifs du Soleil. La chaleur est ressentie sur Terre car les rayons positifs du Soleil croisent sa couche atmosphérique négative, causant une friction ou un changement dans la qualité du mouvement de la particule créant ainsi une emission de chaleur comme résultat de cette friction.

Les yeux ne sont sensibles qu’aux rayons lumineux positifs réfléchis par une substance négative; ainsi la lumière est une interaction de forces positives et négatives. Le Soleil ne nous envoie pas de chaleur et de lumière, bien qu’il soit responsable de ces manifestations sur Terre ; le Soleil ne nous envoie que des lignes de force positives qui interagissent avec la couche négative de l’atmosphérique terrestre pour produire le phénomène de spectre électromagnétique, qui inclut la chaleur et la lumiere.

La science a exploré la partie supérieure de l’atmosphère de la Terre et a remarqué qu’a 60 miles au dessus de la Terre, on a besoin de lumière artificielle et à 90 miles au dessus de la Terre, c’est le noir complet. Plus on va haut, plus il fait froid, donc on voit, par un simple raisonnement logique, que la chaleur et la lumière ne viennent pas du Soleil. Seules les lignes de force viennent du grand corps solaire.

Puisque la distance par rapport au Soleil et sa proximité n’ont rien à voir avec le fait qu’une planète soit « bouillante » ou « glacée », on peut immédiatement voir que toutes les planètes du Système Solaire ont presque le même climat. La Terre ne bénéficie pas d’un climat parfait car elle est magnetiquement déséquilibrée.

Ce que nous avons appris des visiteurs de l’espace au sujet de notre Soleil n’est pas nouveau, mais seulement un retour à la sagesse des races les plus anciennes de la Terre. Ces étudiants d’un passé lointain disaient que la vraie couleur du Soleil était bleue, et il est intéressant de noter que la note musicale du bleu est le sol, le nom du Soleil !

tiré du site :
http://www.luisprada.com/Protected/The_Sun_Is_Cold_I.htm




Le Soleil est vraiment froid, contrairement à ce que dit la science officielle. (Spiritualité, Nouvel-Age - Sciences Parallèles)    -    Auteur : Marie.c - Canada


5677 visiteurs depuis 2007-07-07
dernière mise à jour : 2007-07-08

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #443